Comment maîtriser l’art de la diplomatie dans les communications avec les clients et les équipes


Les opinions exprimées par les contributeurs d’Entrepreneur sont les leurs.

Très bien, allons droit au but. Vous n’êtes pas ici pour du fluff ou un autre article de blog à l’emporte-pièce qui parle des « meilleures pratiques » que vous pourriez trouver dans un manuel Business 101. Non, tu es ici parce que tu as de vrais problèmes à résoudre. Et les amis, résoudre les problèmes est mon pain quotidien.

Être à la tête d’une entreprise ne consiste pas seulement à faire des calculs et à décrocher de gros contrats. Il s’agit également d’être le gardien de la paix dans l’œil du cyclone – celui qui empêche tout le monde de jeter des chaises lorsque les échéances approchent et que les projections de revenus ressemblent à des gribouillis au crayon d’un enfant. Si vous pensez que c’est la partie la plus facile, vous allez vivre une aventure infernale. Attachez-vous, car je suis sur le point de laisser tomber une sagesse durement gagnée.

En rapport: 3 façons dont les dirigeants peuvent développer leurs compétences diplomatiques pour motiver leur personnel et stimuler la productivité

La politique des affaires : comprendre les fiefs des parties prenantes

Premièrement, quiconque vous dit que les affaires sont une méritocratie est soit naïf, soit vous vend quelque chose. Votre organisation n’est pas une utopie ; c’est un paysage politique miniature avec ses seigneurs et ses serfs. Plus vite vous comprendrez cela, plus vite vous pourrez jouer au jeu – et laissez-moi vous dire : diplomatie est le nom du jeu.

Vous avez un client de grande valeur qui se comporte comme une diva ? Ou peut-être que c’est votre développeur principal qui a une puce sur l’épaule ? Avant de vous cogner la tête contre le mur, rappelez-vous ceci : la dynamique du pouvoir est primordiale. Sachez qui détient les cartes et qui bluffe, puis adaptez vos manœuvres diplomatiques en conséquence.

Êtes-vous un robot émotionnel ? Il est temps de prendre conscience

Parlons d’égalisation – intelligence émotionnelle, pour les non-initiés. Pensez-vous que vous pouvez simplement vous frayer un chemin au bulldozer dans des négociations sensibles avec des clients ou des membres de votre équipe ? Détrompez-vous. L’ère du chef d’entreprise « je ne fais pas de sentiments » est révolue. Maintenant, il s’agit de lire la salle, de comprendre les motivations sous-jacentes et – c’est là le truc – de s’en foutre.

Écoutez les non-dits, saisissez les subtilités et apprenez à comprendre ce qui se passe dans la tête de vos interlocuteurs. Qu’il s’agisse de capter l’hésitation d’un client ou de remarquer que les membres de votre équipe semblent un peu trop calmes, ces moments nécessitent votre attention.

Le juste milieu entre transparence et tact : restons réalistes, d’accord ?

Très bien, parlons de l’une des plus grandes cordes raides que vous rencontrerez en affaires : l’équilibre entre le dire tel qu’il est et savoir quand le compresser. L’honnêteté est peut-être une vertu, mais le partage excessif peut être un vice. Bien sûr, vous pouvez parler à votre client du débat houleux concernant un problème dans le logiciel. Mais ont-ils besoin de savoir que Karen de la comptabilité a lancé une agrafeuse ? Non, ils ne le font pas.

Ce qu’ils ont besoin d’entendre, c’est que vous avez attrapé le problème et que vous êtes dessus comme du riz blanc. C’est la différence entre l’alarme et l’assurance.

Il en va de même pour ce que vous partagez avec votre équipe. Être transparent il ne s’agit pas d’exprimer chaque petit grief comme si vous étiez dans un confessionnal de télé-réalité. Il s’agit de partager suffisamment pour que tout le monde soit informé, mais pas au point de créer un feuilleton. La clé ici n’est pas seulement de mettre en évidence les obstacles, mais également de proposer une feuille de route sur la manière dont vous envisagez de les surmonter. C’est ainsi que vous imposez le respect sans attiser le drame.

En rapport: Leçons d’un diplomate sur la façon d’établir des relations commerciales

Traverser les conneries comme un patron

Mec, combien de fois as-tu assisté à une réunion où quelqu’un jaillissait jargon d’entreprise comme s’ils essayaient de gagner au Business Bingo ? Soyons clairs : parler avec des mots à la mode ne vous donne pas l’air intelligent ; cela donne l’impression que vous cachez quelque chose – ou pire, que vous ne savez pas de quoi vous parlez.

Si vous voulez que les gens (clients ou membres de l’équipe) comprennent ce que vous proposez, vous devez parler comme un être humain. Utilisez un langage simple mais aussi évocateur. Faites valoir votre point de vue, mais faites-le d’une manière qui laisse une impression. La cohérence est bien sûr la clé, mais cela ne signifie pas que vous devez être un disque rayé. Cela signifie que l’essence de votre message reste la même, même si vous changez les mots.

L’arme secrète du diplomate : écouter comme si votre entreprise en dépendait

Savez-vous ce que la plupart des gens se trompent à propos de la diplomatie ? Ils pensent qu’il s’agit avant tout de parler : un mot bien placé par-ci, un silence stratégique par-là. Mais permettez-moi de vous exprimer une vérité : la véritable arme secrète de tout génie diplomatique est de savoir comment écouter. Et je ne parle pas de cette écoute passive, qui consiste à attendre votre tour pour parler. Je veux dire entendre ce que dit l’autre personne et l’absorber.

Lorsque vous écoutez de cette façon, vous percevez la nuance derrière les mots. Vous avez une idée de ce qui inquiète le client ou votre équipe, de ce qui l’enthousiasme et de ce qu’il ne dit pas. Et armé de ces informations, vous pouvez adapter votre communication pour répondre à ces besoins et préoccupations tacites. Ce n’est pas une lecture dans les pensées ; c’est pleine conscience.

En rapport: 6 façons de devenir un meilleur auditeur

Comment dire « non » sans devenir l’ennemi public #1

La partie la plus délicate de la diplomatie ? Dire non sans brûler la maison. Qu’il s’agisse d’un client qui demande la lune ou de votre équipe qui impose un délai irréaliste, vous devez parfois être le méchant. La clé est de formuler le « non » comme un « pas maintenant, mais voici ce que nous pouvons faire ». C’est la différence entre une porte claquée et une autre laissée entrouverte.

Voici votre sonnette d’alarme : la diplomatie n’est pas un pansement que vous appliquez sur un problème. C’est une stratégie à long terme, un investissement dans la tranquillité et le succès futurs. Soyez le leader qui favorise un environnement où le dialogue ouvert est la norme et non l’exception. Les gens s’inspireront de vous, alors assurez-vous d’être donner le ton tu veux voir.

Écoutez, en fin de compte, c’est l’ensemble de compétences qui sépare les joueurs des prétendants. Vous pouvez avoir le meilleur produit, la campagne marketing la plus astucieuse et l’équipe la plus passionnée.

Ces articles peuvent vous intéresser